Restaurant le Tagine (Paris 11).

Cuisine du Maroc et vins « nature ».

– « J.-P., tu peux nous glisser dans le creux de l’oreille une adresse de restaurant sur Paris ouvert le dimanche midi ? ».

– « Sur Paris ?!? Avec une belle carte de vins ?!?  Un dimanche midi ?!? C’est difficile… »(Silence et réflexion) « Un restaurant marocain, cela vous irait ? ».

– (Réponse de concert) « Oui ! ».

 

Nous voila entre boulevards Voltaire et du Temple, à un jet de pierre du Cirque d’Hiver.

 

L’accueil chaleureux nous met à notre aise.

A la carte ou suivant menu ?

Pour nous aider à la réflexion, nous jetons notre dévolu parmi les quelques six vins au verre sur ‘le P’tit Blanc du Tue-Boeuf‘, vin de France de Jean-Marie et Thierry Puzelat. Un sauvignon simple et efficace.

La salle se remplit jusqu’à saturation. De bon augure.

Arrivent en amuse-bouche des carottes confites à la harissa et coriandre : dosées juste comme il faut, c’est succulent.

Le choix s’avère difficile et donc se prolonge.

Arrive sur la table un savoureux et délicat tarama d’oursin et ses croquants.

La carte des vins comporte une quarantaine de cols. Relativement courte donc, mais diablement efficace. Elle est axée sur des cuvées françaises issues de l’agriculture biologique. Quelques domaines marocains sont proposés.

Va pour Antoine Arena ‘Carco’ Patrimonio blanc 2015 lequel oscille entre sec et demi-sec.

Ma compagne me suggère la pastilla au pigeonneau. Qui soit !  Une entrée sucrée et donc surprenante, mais délicieuse. Suggestion pertinente.

Pour elle : brick à l’œuf de poule de la variété Marans (01) et au thon. Croustillant et coulant à souhait.

Le  panier de pain maison – cuit tous les matins – s’avérera le bienvenu puisqu’arrivent subrepticement des poivrons verts grillés : hotty !

Tagine poulet aux poires, miel et amande.
Tagine poulet aux poires, miel et amande.

Suivent les tagines : agneau berbère aux légumes frais, d’une part, poulet aux poires, miel et amande d’autre part.

Les avis sont désormais acquis et le resteront : ici, on ne mégotte  ni sur la quantité ni surtout sur la qualité !

« Vous en profiterez bien pour goûter notre semoule ? » O que oui…  C’est d’un grain fin : rien à redire.

« Et la harissa, vous la goûterez bien aussi ? » O que oui encore et toujours. C’est étonnamment délicat (osons le terme), en tous cas pas du tout « arrache-mandibule ».

Pour accompagner : Michel Guignier ‘Granite’ vin de France L 14. Un gamay du Beaujolais plus gracile que gracieux.

 

DSCN1228
Agneau berbère aux légumes frais.

 

Il est temps de se poser en douceur. Salade fruits frais oranges à la cannelle et fleur d’oranger pour elle. Quant à moi : magnifiques sorbets de Terre adélice (implanté en Auvergne et travaillant en bio)  clémentine corse, yuzu, citron. En outre, s’est glissée une exceptionnelle boule de glace de fleur d’acacia : c’est long, très long, très très long !

Le repas se termine. Une honnête bière du Maroc  « Casablanca » pour moi. Un thé vert à la menthe fraîche pour elle.

 

C’est bon, très bon, très très bon. Généreux, plein de soleil.

Que du bonheur dans ce restaurant  à la cuisine pleine de goûts et de saveurs !

Le fait est là : on reviendra inéluctablement.

 

Mais pour y revenir, encore faut-il l’avoir quitté…

 

Pas avant d’avoir discuté le bout de gras avec les derniers clients autour d’un verre de Boukha. Et pas sans avoir plus amplement fait connaissance avec la pétulante, pétillante, gentille et généreuse patronne qu’est Marie-Jo(sé Mimoun).

Pour en terminer, je ne vous épargnerai pas une comparaison que les moins de quarante ans ne sauraient vraisemblablement comprendre : la présence de Marie-Jo  en salle tient du marathon.

Sa présence, sa prévenance sont aussi un atout de l’établissement.

 

Olivier Mercier.

(Compte-rendu de visite du 17 décembre 2017).

 

N.B. :

  • Tous les plats sont à emporter.
  • D’autre part, n’hésitez pas à réserver au restaurant des deux fils de Marie-Jo Mimoun, en l’occurence « Jaïs« 

 

DSCN1209

 

(01) La poule Marans est l’une des races de poules pondeuses les plus célèbre en France. Le berceau de la race se situe dans le village de Marans en Charente Maritime, proche du Marais Poitevin.

 

 

Coordonnées :
Adresse : 13, rue de Crussol  à 75011  Paris.
Métro :  Filles du Calvaire (ligne 8)/Oberkampf (ligne 9).
Téléphone : +33 (0)1 47 00 28 67
Site :  http://letagine.fr/Courriel : restaurantletagine@noos.fr
Page FaceBook : https://www.facebook.com/RestaurantLeTagine/

Heures d’ouverture : 12:00 – 14:15, 19:00 – 23:00.
Fermé les lundi et mardi midi.

 

Les prix :

  • Jean-Marie et Thierry Puzelat ‘le P’tit Blanc du Tue-Boeuf’ :  7,50 euros.
  • Pastilla au pigeonneau : 16 euros.
  • Brick à l’œuf de poule  et au thon : 9 euros.
  • Antoine Arena ‘Carco’ Patrimonio blanc 2015 : 48 euros.
  • Tagine d’agneau berbère aux légumes frais : 21 euros.
  • Tagine poulet aux poires, miel et amande : 22 euros.
  • Salade fruits frais oranges à la cannelle et fleur d’oranger : 8 euros.
  • Sorbets Terre adélice  : 9 euros pour trois boules.
  • Casablanca 33 cl. : 6 euros.
  • Thé vert à la menthe fraîche : 5 euros.
  • Boukha : 8 euros.

Un commentaire sur « Restaurant le Tagine (Paris 11). »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s