Les Vignes de Paradis (Dominique Lucas) cuvée « Face au Levant » vin de France blanc 2015.

Issu d’un aligoté nonagénaire !

 

– « Fais-moi découvrir un vin surprenant ».

– « Comment ?  Par le mode de vinification ? Par le terroir ? Le vigneron ? Autrement ?».

– « Comme tu veux ».

– « Un aligoté ! ».

– « Heu… ». Difficile de cacher une certaine réticence.

– « De vieilles vignes d’aligoté !! »

Je réponds par un « qui soit » circonspect.

Me voilà, la bouteille sous le bras, pas plus convaincu que cela… Mais bon, mon interlocuteur est de confiance !  Qui vivra verra.

 

Tant il est vrai que l’aligoté est un plant guère considéré comme noble : le chardonnay du pauvre bourguignon en quelque sorte. Recherché comme cépage vigoureux et très productif pour les vins d’entrée de gamme, il a la réputation de produire un vin peu apte au vieillissement, vif, sec, aigu, d’une acidité parfois qualifiée pudiquement de juvénile, rustique, nerveux, svelte, de soif, frais… J’en passe et des meilleurs.

Denis Morelot, dans ses ‘Statistique de la Vigne dans le Département de la Côte-d’Or’, en 1831, écrivait déjà (nous respectons la graphie) : « l’alligotet, ou alligotay, n’a pas les qualités du chardenay, mais il n’est pas sans mérite (…) Ce plant, cultivé particulièrement dans les vignes communes, n’est pas très-apprécié des vignerons… ».

Plus récemment, il n’est pas jusqu’au cahier des charges de l’Appellation d’Origine Contrôlée « Bourgogne aligoté » homologué en 2011 et mis à jour en 2015, qui mentionne : « Le ‘Bourgogne aligoté’ tire son origine de la production de vins dits ‘grands ordinaires’ (…) Les vins se caractérisent par une (…) expression aromatique dominée par des notes acidulées. (…) Le plus souvent des vins à consommer dans leur jeunesse (…) Vins d’apéritifs, légers et acidulés, en général… »

.

 

Ballaison se situe à proximité de Thonon-les-Bains.

C’est là qu’œuvre Dominique Lucas, partagé entre deux exploitations.

Le premier domaine s’étend – vous l’aurez compris – en Haute-Savoie, au bord du Lac Léman.

Le second domaine – qui nous intéresse ici – croît aux abords de Pommard. Parmi les cuvées qui y sont produites : ‘Face au Levant.

 

Les vignes sont cultivées sans désherbant ni produits de synthèse.

Le travail est réalisé entièrement à la main.

Les sols sont labourés au cheval depuis 2010.

La conduite du vignoble suivant un mode de viticulture naturelle se base sur l’observation, sur l’influence des astres. Dans l’ensemble, les interventions sur vignes et vins sont réalisées dans le respect de la biodynamie, mais sans certification. Le domaine revendique par ailleurs le label en agriculture biologique FR-BIO-01.

Les rendements sont renseignés comme étant très faibles.

Le seul aligoté compose la cuvée ‘Face au Levant’.

L’âge des vignes ?  90 ans… Voire 100… Awel !

Les raisins proviennent de Pommard, au dessus des climats ‘La Vache’ et ‘les Vaumuriens (01). Sols d’argiles blanches. Orientation est.

20 % de pieds non greffés !

Fermentation et élevage en cuve ovoïde de chez Nomblot (02).

L’étiquette du millésime 2015 annonce une production limitée : 850 bouteilles.

 

La bouteille s’avère lourde. Plutôt bon signe.

Voyons voir ce que cet aligoté a de si particulier…

Débouchonnage.

Service.

Premier étonnement : la robe superbement dorée.

Et l’inattendu se poursuit : le nez évoque les fruits sucrés tels la mandarine ou la mangue, avec une petite pointe végétal in fine. Subtil.

Le meilleur arrive ! En bouche, de la tendreté. Je dirai presque : de la tendresse. Pas d’acidité. De la délicatesse. Tout en précision.

Long, pour prolonger à satiété le plaisir.

Sensible aux variations de la température, ce vin se dévoile sous maintes facettes.

 

On l’imagine aisément sur une cuisine au lait de coco. Cependant, osons : des asperges à la flamande. Choix risqué a priori mais judicieux.

 

A maturité certainement. A attendre ?  Pas nécessairement à mes yeux. Encore que…

 

Lumineux que ce ‘Face au Levant’.

Certes quelque peu désorienté dans un premier temps. Mais bluffé au final !

 

Olivier Mercier.

 

(01) Dès lors que les raisons sont récoltés en Bourgogne et vinifié en Savoie depuis 2014, les vins ont alors perdu leur A.O.P. et sont désormais déclinés en vin de France.

(02) Pas d’inox. Contenance de 6,5 hectolitres. Béton alimentaire nettoyé.

 

N.B. : le vin a été acheté chez Paul et Patricia Sirvent du ‘Gré du Vin’ à Lille, déjà évoqué par mes soins par ailleurs et en d’autres temps.

 

A noter : du même vigneron, un vin des Allobroges (I.G.P.) 2015 100 % pinot gris qui vaut le détour.

 

Pour information : les bouteilles sont numérotées afin d’assurer le suivi et l’étiquette mentionne la date de mise. En l’occurrence : 390/850 ; le 26.10.20.16 (L 1016). Taux d’alcool : 14,5 %.

 

Coordonnées :

Les Vignes de Paradis
Dominique Lucas
Adresse : 167, route de Crépy Marcorens à 74140 Ballaison
Téléphone : +33 (0) 4 50 94 31 03
Mobile : +33 (0) 6 33 81 99 35
Site : http://www.les-vignes-de-paradis.fr/
Courriel : lesvignesdeparadis@orange.fr
Page FaceBook : https://www.facebook.com/LesVignesDeParadis/

 

Un commentaire sur « Les Vignes de Paradis (Dominique Lucas) cuvée « Face au Levant » vin de France blanc 2015. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s