Nicolas Carmarans cuvée « Fer de Sang » I.G.P. Aveyron rouge 2016.

Du savoir-fer !

– « Raymond, connais-tu le fer ? »

– « Je suppose que tu évoques le cépage appelé aussi fer(-)servadou, emblématique de l’A.O.C. Marcillac ? »

– « Effectivement ! »

 

Cette A.O.C. aveyronnaise produit des vins tranquilles rouges et rosés dont le cépage  principal est le fer, les cépages accessoires le cabernet sauvignon, le merlot ou encore le prunelard.

Les vins sont issus :

  • soit du seul cépage fer (ce qui dans la pratique s’avère majoritairement le cas et fait la particularité de cette appellation),
  • soit d’un assemblage où la proportion du cépage fer et supérieure ou égale à 80 %.

 

Ce cépage noir originaire du Sud-Ouest y est quasi exclusivement cultivé et proviendrait:

  • soit de la Gironde,
  • soit plus probablement du Pays basque (espagnol).

 

Le fer s’énonce via une abondante synonymie.  Ainsi (01) :

  • braucol (brocol) dans le Tarn et le Gaillacois,
  • mansois  (mancès, saumancès, saumonçois, soumansois) dans l’Aveyron et à Marcillac,
  • pinenc (pienc, piec) dans la Gascogne, le Béarn, et le Madiranais.

 

Sa production est en augmentation :

  • 1958 : 952 hectares,
  • 2011 : 1.578 hectares.

 

On retrouve ce cépage dans l’Indication Géographique Protégée Aveyron.

 

Nicolas Carmarans, dans une première vie, gérait à Paris – dans le quartier du Panthéon – un bistro-restaurant :  le Café de la Nouvelle Mairie (02).

Sa famille étant originaire de l’Aveyron – grosso modo l’ancienne province du Rouergue – il s’y installe en 2003 dans le nord, sur les contreforts de l’Aubrac en se partageant avec sa vie professionnelle dans la capitale, étant actuellement vigneron à temps plein.

 

DSCN2854

 

La cuvée « Fer de Sang » est 100 % fer servadou.

Le 2016 (11,3 %) (03) s’offre par une robe peu soutenue.

Un nez très parfumé : fruits (cassis, pruneau d’Agen). Aubépine. Voire du… massepain. Poivre surtout !

Une bouche juteuse, aux fruits noirs mûrs, soutenue par une acidité de bon aloi.

La finale plus ou moins longue met en exergue à nouveau le poivre.

Un vin sapide (04), fun, à maturité.

 

Un fer friand sans coup férir.

 

Olivier Mercier.

 

(01) Sans être exhaustif,  notamment quant à la graphie et aux variantes dialectales, voici d’autres synonymes :

  • arech en Gascogne,
  • camaralet noir en Ardèche,
  • camirouche en Ardèche et à Couserans,
  • chalamoncet (chalomoncet) dans le nord du Lot, la Corrèze et à Glanes,
  • couahort en Gascogne et dans le Madiranais
  • estronc dans le nord du Lot, la Corrèze et à Glanes,
  • granelut dans le nord de l’Italie,
  • herrant (hérant, here, hère) en Gironde, sur la rive gauche de la Garonne,
  • Saoubadé en Bigorre,
  • Servan à Rodez.

Mais aussi :

  • petit mourr(a)stel ,
  • que(u)fort,
  • scarcit,
  • soumanès.

Voire encore mais par erreur semble-t-il :

  • caillaba,
  • mouraa ( mourah, moura) dans le Jurançonnais.

Appartenant au  groupe ampélographique dit carmenet, il est parent avec le négret de Banhars et le mauzac noir (négret castrais).

En effet, croisé avec le cépage basque txakoli (plus précisément la variété hondarribi beltza), il produit le gros cabernet qui, croisé avec le cabernet franc, produit le carmenère.

Son nom viendrait du latin ‘ferus’ signifiant sauvage, soit en Occitan ‘hèr’ à  la même signification. Ou serait la métaphore du métal par rapport à la dureté de son bois et la solidité de sa rafle. En langue d’oc ‘servador/servadou’ se traduit par : qui se conserve bien, qui dure.

(02) Le Café de la Nouvelle Mairie

19-21,  rue des Fossés Saint- Jacques à  75005 Paris.
Téléphone  : +33 1 44 07 04 41
Etablissement que je vous recommande par ailleurs.

 

(03) Telles en serait les caractéristiques mais je veux bien être démenti :

  • vieilles vignes de 70 ans,
  • sol calcaire,
  • altitude : 250 mètres,
  • macération carbonique pendant dix jours sous fibre de verre,
  • vieilles barriques pendant sept mois.

(04) Il était accompagné d’un wok de magret de canard, lait de coco et gingembre.

 

 

Coordonnées :
Nicolas Carmarans
Izagues
12460 Montezic.

N.B. : le vin a été goûté et acheté chez Paul et Patricia Sirvent du ‘Gré du Vin’ à Lille, déjà évoqué par mes soins par ailleurs et en d’autres temps.

J’évoque d’autre part de manière plus approfondie l’Aveyron dans mon article consacré à Didier Michel et Olivier Jullien  cuvée « leTrescol » I.G.P. Aveyron rouge 2016.

 

Un commentaire sur « Nicolas Carmarans cuvée « Fer de Sang » I.G.P. Aveyron rouge 2016. »

Laisser un commentaire