Domaine Lombard Côtes-du-Rhône blanc « Brézème » 2014.

Le renouveau du vignoble de Brézème.

Faisons halte sur la rive gauche du Rhône, au nord du confluent d’avec la Drôme, entre Valence (à moins de vingt kilomètres au sud de cette ville) et Montélimar.

 

carte_brezeme

 

Le domaine a été créé en 1981 par Jean-Marie et Sylvette Lombard lesquels ont initié la renaissance du terroir de Brézème. Depuis 2011-2012, Julien (enfant du pays) et Emmanuelle Montagnon, jeunes vignerons ayant fait leurs premières armes dans le Roussillon, ont repris l’exploitation, y procédant à une importante restructuration.

 

Le Brézème est l’un des plus petits vignobles – si pas le plus petit – des Côtes du Rhône septentrionales (long de six kilomètres pour quelques 33 hectares plantés au total sur 84 possibles, outre une altitude maximale de 260 mètres). C’est aussi le plus méridional des septentrionaux.

Il se trouve sur la commune de Livron-sur-Drôme. Abrité des conditions climatiques défavorables provenant du nord (Vercors), c’est un terroir de marne calcaire au fort taux de fer ou encore argilo-limoneux couvert de galets roulés. On y distingue deux expositions :

  • une colline escarpée, orientée plein sud, nécessitant une exploitation en terrasses,
  • derrière, des semi-coteaux, un plateau d’orientation plutôt ouest.

Les cépages exploités (01) sont :

  • la syrah,
  • la marsanne, la roussanne et le viognier.

 

photo-tour-du-diable-avec-drome-en-fond-

 

Brézème a connu une éclipse malgré son ancienneté et son potentiel.

Délaissons l’omniprésente Rome dans l’histoire du vignoble rhodanien pour préciser que les premières traces écrites quant à ce vignoble datent de 1422. Il jouit d’une grande renommée pour connaître selon toute vraisemblance son apogée à partir de 1810. La notabilité locale y acquiert alors les terres les plus réputées, plantant des cépages dits nobles. En 1853, l’abbé Abel Vincent dans sa « Notice Historique sur Livron » évoquait : « (…) l’excellente qualité des vins de Livron et notamment de ceux de Brézème ».  Des prix sont décernés dans les concours agricoles. Survint la crise du phylloxéra (1871), entraînant le vignoble. L’exode rural, la mécanisation incompatible avec la configuration des lieux qui exige une main-d’œuvre abondante, les problèmes de rentabilité, les guerres… ont dû influer aussi sur le déclin progressif quasi total.

 

Notez que je parle sciemment de vignoble et non d’appellation car le nom Brézème est une dérogation acceptée par l’I.N.A.O. : ce n’est en effet

  • ni un Côtes du Rhône village,
  • ni un cru,
  • ni une mention complémentaire.

Insistons : dès avant 1950, l’I.N.A.O. tolère – et c’est unique à ma connaissance – l’adjonction de ce nom à l’A.O.C. Côte du Rhône. Elle se justifie par l’ancienneté de la mention Brézème sur les étiquettes. A noter que – alors que les vignerons locaux avaient quant à cette pratique quelque peu forcé la main de l’I.N.A.O. depuis 1978 – le syndicat des vins de Brézème (02), en partenariat avec le dit Institut et le syndicat général des Côtes du Rhône, a entamé les démarches pour faire du coteau de Brézème une appellation des Côtes du Rhône nord à part entière. Le processus remonte à 1999 et le dossier est toujours en cours. Qui vivra verra (03).

 

-IMG_0510_m

 

Le vignoble renaît notamment à l’initiative du domaine Lombard écrivais-je.

A cette fin se sont imposées la réfection et la réhabilitation des terrasses abandonnées d’où les vignes ont disparus depuis plus d’un siècle. Le domaine Lombard s’est astreint à un véritable grignotage, pieds à pieds, du coteau à la mini pelle :

  • praticabilité des sentes,
  • travail de terrassement,
  • remontage des murs de soutènement en pierre sèche vieux de 100 à 150 ans.

Avec, à la clef, plantation et replantation :

  • en 2002, avec le soutien de la communauté de communes du Val de Drôme.
  • puis en 2013 et 2014.

 

Du Brézème blanc 2014 (12,5°) – première propre mise en bouteille des nouveaux vignerons – voici les principales caractéristiques :

  • assemblage de marsanne majoritaire, roussanne et une pointe de viognier (04),
  • vignes de 10 à 50 ans,
  • terroir : galets roulés et marnes calcaires,
  • pas de produits de synthèse (agriculture biologique et biodynamique) (05),
  • vendanges manuelles,
  • fermentation par levures indigènes sans débourbage,
  • vinification et élevage en barriques et demi-muids d’un vin,
  • fermentation malolactique réalisée complètement
  • filtration a la mise en bouteille,
  • utilisation du SO2,
  • production : 5.000 bouteilles/an.

 

5436407b4bfee890bfc8b17e79433b2c

Comme conseillé par le vigneron, le flacon a été ouvert sur un filet de poulet, crème fraîche (avec un appoint de vin jaune) champignons gris, outre quelques tours de moulin de gros sel aromatisé au vin jaune au moment du service.

Si vous le sortez du frigo, laisser-le s’approcher tout doucettement de la température ambiante tout en le gardant frais. Laissez-le d’autre part s’aérer ! Il en évoluera d’autant mieux.

Nez de fruits blancs sucrés (coing, poire), aloe vera, prune. Beurre.

Des saveurs douces évoluant vers une longue, longue finale évoquant les agrumes.

Et quelle rétro-olfaction !

Un vin à géométrie variable qui se conservera dix ans.

 

Renouveau de Brézème ?  Le résultat est fort vraisemblablement là au vu de cette cuvée.

Aussi, il me tarde de pouvoir goûter les Brézème rouges du domaine Lombard !

 

Olivier Mercier.

 

N.B. : c’est à l’Arbre à Vins (Vaison-la-Romaine) que j’ai déniché cette bouteille.

 

Coordonnées :

S.C.E.A. domaine Lombard (Julien et Emmanuelle Montagnon)
Adresse : 420, chemin de Manute
Lieu-dit Piquet
26250 Livron-sur-Drôme.
Téléphone : 00 (33) 4 75 61 64 90
Site : http://www.domaine-lombard.com/
Courriel : contact@domaine-lombard.com
Page FaceBook : https://www.facebook.com/domainelombard.montagnon

 

 

(01) En blanc : 5 hectares. En rouge : 28.

(02) Dont Julien Montagnon est le vice-président.

(03) En février 2018, la commission I.N.A.O. s’est déplace à Livron-sur-Drôme (visite du vignoble, dégustation, présentation technique et historique, audition de trois domaines). L’avis de la commission est que Brézème n’a plus sa place en appellation régionale (antériorité importante, parenté avec les vins du nord du Rhône, très bon niveau de la dégustation) mais émet des réticences, des réserves quant à une A.O.C. Côtes du Rhône Villages (risque et de fragilisation des Côtes du Rhône méridionaux existants et de rupture de l’équilibre avec les crus septentrionaux). Le syndicat revendique quant à lui la promotion en cru (bipolarité des Côtes du Rhône septentrionaux entre Côtes du Rhône génériques et crus, appartenance sous maints aspects au Rhône nord).

(04) Précisons que l’encépagement des Côtes du Rhône blancs est :

– cépages principaux : bourboulenc, clairette, grenache blanc, marsanne, roussanne, viognier,
– cépages accessoires : piquepoul blanc, ugni blanc.

Les vins proviennent de l’assemblage de raisins ou de vins issus majoritairement de cépages principaux.

Par ailleurs, Brézème se décline en blanc, rosé et rouge.

(05) Le domaine Lombard refuse de se revendiquer en tant que vin « nature ». Depuis 2018, le domaine est certifié tant Demeter que Biodyvin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un commentaire sur « Domaine Lombard Côtes-du-Rhône blanc « Brézème » 2014. »

Laisser un commentaire