Contea di Sclafani ou Valledolmo-Contea di Sclafani D.O.P. (Sicile).

La D.O.P. se situe à cheval sur les provinces de Palerme, Caltanissetta et Agrigento.

Contea di Sclafani (comté de Sclafani) a été reconnu Denominazione di Origine Controllata – actuellement Denominazione di Origine Protettaen 1996.  Le comté de Sclafani est une ancienne institution féodale sicilienne, établie pendant le règne des Normands en 1330, sous l’autorité de Giovanni Sclafani.La première preuve de la présence de vignobles remonte à la domination aragonaise, dans la dernière décennie des années 1300.

 

La D.O.P. se situe à cheval sur les provinces de Palerme, Caltanissetta et Agrigento.

L’altitude moyenne de la contrée est d’environ 600 mètres, avecdes vignes s’étageant de 300 à 900 voire 1.000 mètres. De la D.O.P. sont exclues les vignes implantées à moins de 300 mètres.Prévaut l’argile où la composante sableuse est présente et même dominante.

Valledolmo (province de Palerme) se trouve au centre de l’aire géographique délimitée.

Pourquoi évoquer l’ajout de cette commune ?

 

sicilia_sclafani.jpg

 

Suite à une demande formulée le 21 décembre 2016 par l’Italie, le Journal Officiel de l’Union Européenne publie le 01 mars 2019 une décision d’exécution de la Commission du 22 février 2019 relative à la publication de la demande de modification du cahier des charges de l’A.O.P. Contea di Sclafani.

La modification de la dénomination  ajoute à la dénomination Contea di Sclafani le nom de Valledolmo, laquelle peut donc être soit Contea di Sclafani soit Valledolmo-Contea di Sclafani. La dénomination de l’appellation vise à mieux refléter, tel que prévu par la législation de l’Union Européenne, le lien avec le territoire, à savoir l’aire géographique délimitée.

En effet, on entend par appellation d’origine, le nom d’une région, d’un lieu déter­miné ou d’un pays, qui sert à désigner un vin dont la qualité et les caractéristiques sont dues essentiellement ou exclusivement notamment :

  • à un milieu géographique particulier et aux facteurs naturels et humains qui lui sont inhérents,
  • à une élaboration exclusivement à partir de raisins provenant de la zone géographique considérée,
  • à une production limitée à la zone géographique consi­dérée.

 

Cependant, la modification envisagée n’est pas mineure, comme on le verra notamment en ce qu’elle implique de multiples démarches.

Les demandes de protection de dénomination(s) en tant qu’appellation(s) d’origine sont accompagnées d’un dossier technique comportant notamment :

  • la dénomination à protéger,
  • le cahier des charges,
  • le document unique résumant le cahier des charges.

Le cahier des charges comporte au minimum entre autre :

  • la dénomination à protéger,
  • la description du ou des vins par ses principales caractéristiques analytiques et organoleptiques,
  • le cas échéant, les pratiques œnologiques spécifiques employées pour élaborer le(s) vin(s) concerné(s) ainsi que les restrictions applicables,
  • la délimitation de la zone géographique concernée,
  • l’indication de la variété ou des variétés de raisin à partir desquelles le ou les vins sont obtenus,
  • les éléments corroborant le lien avec la zone géographique concernée (notion envisagée ci-dessus).

Précisons que toute demande de protection émanant de l’Union fait l’objet d’une procédure préliminaire au niveau national : la demande est introduite dans l’État membre où rattache l’appellation d’origine. Il procède à l’examen de la demande afin de vérifier si elle remplit les conditions. S’il estime que les exigences sont satisfaites, l’État membre mène une procédure nationale garantissant une publicité adéquate du cahier des charges et transmet la demande à la Commission laquelle :

  • porte à la connaissance du public la date de dépôt de la demande de protection,
  • examine si la demande remplit les conditions,
  • si elle estime que les conditions sont remplies, adopte des actes d’exécution concernant la publication au Journal Officiel de l’Union Européenne du document unique et la référence de la publication du cahier des charges faite au cours de la procédure nationale préliminaire.

Dans un délai de deux mois à compter de la publi­cation du document unique s’ouvre la faculté de s’opposer à la protec­tion envisagée, en déposant auprès de la Commission une décla­ration motivée concernant les conditions d’admissibilité.

A l’issue de la procédure d’opposition, la Commission adopte des actes d’exécution visant soit à accorder une protection, soit à la rejeter si lesdites conditions ne sont pas remplies.

Elle établit et tient à jour un registre électronique – anciennement E-Bacchus, actuellement eAmbrosia – accessible au public, des appellations d’origine protégées.

Pour en revenir à notre sujet, peut être sollicitée l’approbation d’une modification du cahier des charges, notamment pour tenir compte de l’évolution des connaissances scientifiques et tech­niques ou pour revoir la délimitation de la zone géographique. La demande décrit les modifications sollicitées et en expose les motifs.

Le processus national et européen décrit ci-dessus reprend ici son cours ab initio. L’actuel cahier des charges est  à ce jour publié via le site eAmbrosia.

 

Modifications non mineures ai-je écris.

L’essentiel de celles-ci concerne les cépages et les types de vin produits.

Contea di Sclafani autorisait pas moins de 21 types de vin :

  • rosso (rouge),
  • rosato (rosé),
  • bianco (blanc),
  • ansonica, cépage également nommé insolia,
  • catarratto,
  • grecanico,
  • grillo,
  • chardonnay,
  • pinot bianco (pinot blanc),
  • sauvignon,
  • nerello mascalese,
  • nero d’Avola, cépage également nommé calabrese,
  • perricone,
  • cabernet sauvignon,
  • pinot nero (pinot noir),
  • syrah,
  • merlot,
  • sangiovese,
  • dolce (doux),
  • dolce vendemmia tardiva (vendange tardive),
  • novello (nouveau).

Pléthorique…

La liste des types autorisés est à présent réduite de 21 à 6, seuls les vins tranquilles (01) bianco et rosso et leurs indications respectives vendemmia tardiva et riserva ayant été retenus

Pour quelle raison ?

 

contea-di-scaflani-doc.jpg

 

L’A.O.P. Sicilia couvre une vaste gamme de variétés de cépages régio­naux, dont bon nombre de ceux prévus dans l’ancien cahier des charges de Contea di Sclafani, et, bien qu’ils soient traditionnels, ces variétés de vignes ne sont désormais plus considérées comme étant particulières à la zone géographique protégée. L’on songe ici plus particulièrement aux vins monovariétaux avec indication de cépage. L’objectif consiste donc à promouvoir davantage la spécificité en ne retenant que les types produits à partir des cépages qui reflètent au mieux le lien avec l’aire géographique délimitée (laquelle n’a pas été modifiée). Dès lors, même lorsqu’ils sont produits à partir de variétés autochtones faisant déjà partie de l’association de variétés de vignes utilisées pour produire les vins blancs, rosés et rouges et les vins monovariétaux listés ci-dessus, les vins sont désormais dénommés de façon générique vins blancs ou vins rouges (02) afin de mettre davantage l’accent sur la dénomination de l’A.O.P. et sur le lien avec le terroir, les cépages considérés désormais comme les plus adaptés, les plus représentatifs du territoire – et dont les pourcentage ont été augmentés – étant catarratto (03), perricone et nero d’Avola.

Six types de production donc à présent.

  • Contea di Sclafani ou Valledolmo-Contea di Sclafani bianco. Auparavant, catarratto, insolia/ansonica et grecanico intervenaient conjointement ou non à raison de 50 % minimum. Désormais, le catarratto représente au moins 95 %. Peuvent contribuer à la production pour les 5 % résiduels éventuels des raisins considérés comme aptes à la culture en Sicile, inscrits sur une liste dont je vous épargne le détail mais qui inclus insolia/ansonica et grecanico.
  • Contea di Sclafani ou Valledolmo-Contea di Sclafani bianco riserva. Idem quant aux cépages. Il est soumis à une période de vieillissement d’au moins une année débutant le premier novembre de l’année de production.
  • Contea di Sclafani ou Valledolmo-Contea di Sclafani bianco vendemmia tardiva. Idem quant aux cépages. Il provient de raisins récoltés au plus tôt le premier octobre, ayant subi un passerillage sur pied et/ou dans des locaux appropriés, objets d’une vinification en fûts de bois suivie d’un vieillissement pendant au moins 6 mois en fûts de bois d’une capacité maximale de 500 litres. Afin de refléter la qualité, la pratique d’enrichissement n’est pas autorisée. Le vin ne peut être admis à la consommation avant 18 mois à compter du premier novembre de la récolte.
  • Contea di Sclafani ou Valledolmo-Contea di Sclafani rosso. Auparavant, nero d’Avola et perricone intervenaient conjointement ou non à raison de 50 % minimum. Désormais, le nero d’Avola représente – individuellement ou en assemblage – de 0 à 100 % et le perricone de 0 à 100 %. Aucun autre cépage ne peut être ajouté.
  • Contea di Sclafani ou Valledolmo-Contea di Sclafani rosso riserva. Idem quant aux cépages. Il est soumis à une période de vieillissement d’au moins deux années débutant le premier novembre de l’année de production.
  • Contea di Sclafani ou Valledolmo-Contea di Sclafani rosso vendemmia tardiva. Idem quant aux cépages. Il provient de raisins récoltés au plus tôt le premier octobre, ayant subi un passerillage sur pied et/ou dans des locaux appropriés, objets d’une vinification en fûts de bois suivi d’un vieillissement pendant au moins 6 mois en fûts de bois d’une capacité maximale de 500 litres. Afin de refléter la qualité, la pratique d’enrichissement n’est pas autorisée. Le vin ne peut être admis à la consommation avant 18 mois à compter du premier novembre de la récolte.

Bouclons la boucle : la modification renseigne que l’ajout du nom de la commune de Valledolmo – laquelle «(…) figure sur les cartes modernes… » – facilite la localisation de l’aire de production (04). Plus globalement – pour les consommateurs non versés dans la géographie insulaire – la dénomination Sicile peut être indiquée sur l’étiquette des vins Contea di Sclafani ou Valledolmo-Contea di Sclafani.

 

Olivier Mercier.

 

  1. Vin mousseux (vini spumanti) et vin mousseux de qualité (vini spumanti di qualità) ont été supprimés dans le nouveau cahier des charges.
  2. Le vin rosé a été supprimé dans le nouveau cahier des charges.
  3. Tant les variétés catarratto bianco lucido que catarratto bianco comune.
  4. La possibilité d’utiliser des indications topographiques supplémentaires reprenant le toponyme du vignoble a été incluse.

Un commentaire sur « Contea di Sclafani ou Valledolmo-Contea di Sclafani D.O.P. (Sicile). »

  1. J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte et blog très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésitez pas à visiter mon univers. Au plaisir.

Laisser un commentaire