P-U-R. cuvée « Taupe Secret » Comtés Rhodaniens rouge 2018.

Un 100 % gamaret.

Les Vins de Pays sont dénommés depuis 2009 Indications Géographiques Protégées.

On en distingue trois types :

  • I.G.P. régionale : une grande zone qui regroupe plusieurs départements,
  • I.G.P. départementale : porte le nom du département sauf si le nom de celui-ci est déjà le nom d’une appellation,
  • I.G.P. de zone : provenant d’une entité restreinte.

 

En 1989 (01) sont définies les conditions de production des Vins de Pays des Comtés Rhodaniens.

La production de vins blancs, rosés et rouges se répartit sur les départements suivant :

  • Ain,
  • Ardèche,
  • Drôme,
  • Isère,
  • Loire,
  • Rhône,
  • Savoie,
  • Haute-Savoie.

Elle couvre les Vins de Pays de zone que sont :

  • Coteaux de l’Ardèche,
  • Coteaux des Baronnies,
  • Comté de Grignan,
  • Collines rhodaniennes,
  • Coteaux du Grésivaudan,
  • Balmes dauphinoises,
  • Allobrogie,
  • Zone d’Urfé.

Le Vin de Pays régional Comtés Rhodaniens permet l’assemblage de vins
bénéficiant initialement de l’une des dénominations de zone citées plus haut.

De l’éparpillement des volumes produits a émergé l’idée d’un regroupement permettant une meilleure reconnaissance des vins par le consommateur.

Les vins devaient être préalablement agréés comme Vins de Pays de zone. Dans le but d’un niveau qualitatif, les producteurs se sont imposé en outre un agrément comme vins de pays des comtés rhodaniens (dégustation systématique et présentation d’un bulletin d’analyse).

 

Actuellement l’Indication Géographique Protégée Comtés Rhodaniens est réservée aux vins tranquilles rouges, rosés et blancs et peut être complétée par le nom d’un ou de plusieurs cépages (02).

Elle couvre désormais en outre le département de la Saône-et-Loire, soit au total neuf.

Aux zones mentionnées ci-dessus, ont été ajoutées pour un total de onze I.G.P. :

  • Coteaux de Montélimar,
  • Gaules,
  • Coteaux de l’Ardèche.

Les Comtés Rhodaniens ont donc une emprise géographique large, même si le noyau de la zone de production se centre principalement sur l’Ardèche, la Drôme et le Rhône.
L’encépagement autorisé (03) est – on le devine – généreux. A pointer dans la liste : le gamaret.

 

Gamaret (2)

 

Croisement intraspécifique entre le gamay noir et le reichensteiner blanc, réalisé en 1970 en Suisse par la station fédérale de recherches agronomiques de Changins (04), ce cépage noir est inscrit en France au catalogue officiel des variétés de vigne depuis 2008 : 38 hectares sont en production en 2016.

 

734653_148177105332033_1178831826_n

 

Cyril Alonso et son ami Florian Looze sont à la tête de P-U-R (Production Unique Rebelle) : une maison de négoce, une marque.

Les vins sont les plus naturels que possible, au plus près du raisin et dans le respect de la nature des sols, et ce sans intrants dans la vinification.

 

Voici quelque détail sur la cuvée ‘Taupe Secret’ :

  • cépage : 100 % gamaret,
  • âge des vignes : 4 ans,
  • provenance : Beaujolais (05),
  • terroirs : limon et diorite,
  • vinification : 100 % grappes entières,
  • macération : semi-carbonique,
  • élevage : 15 mois en cuve béton,
  • intrants exogènes à la vinification : néant.

 

DSCN6859

 

Et le millésime 2018 (06) ?

La robe est soutenue, aux reflets violacés.
Mûre et cerise noire au nez.
Les papilles ? Une belle trame acide contrebalancée par de la rondeur fruitée, des tanins soyeux.
On peut dans l’ensemble y trouver des notes de cacao, d’épices.
Plutôt gourmand, frais, il se boira sans trop attendre.

 

Un plat s’impose : des filets de pigeon ramier à la Chimay rouge et miel. Pour l’opposition acide/sucré.

 

Un cépage d’avenir ? A voir…

 

Olivier Mercier.

 

Coordonnées :

S.A.R.L. Production Unique Rebelle
Adresse : 393, route du Bel Avenir à 71570 La Chapelle de Guinchay.
Téléphone : +33 (0) 9 65 03 13 33
Site : http://www.vinpur.fr/
Courriel : info@vinpur.fr ou pur@vinpur.fr
Page FaceBook : https://www.facebook.com/Maison.des.vins.PUR/?hc_location=group

 

 

  1. Décret du 13 octobre 1989.
  2. Ce sont donc soit des vins monovariétaux, soit des assemblages de cépages.
  3. En voici la liste complète : aléatico N, alicante henri bouschet N, aligoté B, alphonse lavallée N, aramon blanc B, aramon gris,aramon N, aranel B, arinarnoa N, aubun N, barbaroux Rs, biancu gentile B, bourboulenc B, brunargenté N, cabernet franc N, cabernet-sauvignon N, caladoc N, calitor N, carignan blanc, carignanN, chambourcin N, chardonnay B, chasan B, chasselas B, chasselas rose , chatus N, chenanson N,chenin B, cinsaut N, clairette B, clairette rose, clarin B, colombard B, cot N, couderc noir,counoise N, egiodola N, gamaret, gamay N, gamay de bouze N, gamay de chaudenay N, gamayfréaux N, ganson N, gewurztraminer Rs, gramon N, grenache blanc, grenache gris, grenache N,gros manseng B, jurançon noir, listan B, lledoner pelut N, macabeu B, marsanne B, marselan N,mauzac rose, melon B, merlot blanc, merlot N, meunier N, mollard N, mondeuse blanche,mondeuse N, monerac N, montils B, morrastel N, mourvaison N, mourvèdre N, mouyssaguès N,müller-thurgau B, muresconu N, muscadelle B, muscardin N, muscat à petits grains B, muscat à petitsgrains Rg, muscat à petits grains Rs, muscat d’Alexandrie B, muscat cendré B, muscat de HambourgN, muscat ottonel B, négret de banhars N, négrette N, nielluccio N, noir fleurien, oberlin N, ondencB, orbois B, pagadebiti B, pascal B, perdea B, persan N, petit courbu B, petit manseng B, petit meslierB, petit verdot N, picardan B, pineau d’aunis N, pinot blanc, pinot gris, pinot noir, piquepoulblanc, piquepoul gris, piquepoul noir, plant de Brunel N, plant droit N, plantet N, portan N,portugais bleu N, poulsard N, précoce bousquet B, précoce de malingre B, prunelard N, raffiat demoncade B, ravat blanc, rayon d’or B, riesling B, riminèse B, rivairenc blanc, rivairenc gris,rivairenc N, romorantin B, rosé du Var, roublot B, roussanne B, roussette d’ayze B, rubilande Rs,sacy B, saint côme B, saint-macaire N, saint-pierre doré B, sauvignon B, sauvignon gris, savagninblanc, savagnin rose, sciaccarello N, segalin N, seinoir N, select B, semebat N, semillon B,servanin N, seyval B, sylvaner B, syrah N, tannat N, tempranillo N, téoulier N, terret blanc, terret gris, terret noir, tibouren N, tourbat B, tressot N, trousseau N, ugni blanc, valdiguié N, valérien B,varousset N, velteliner rouge précoce Rs, verdesse B, vermentino B, villard blanc, villard noir N,viognier B.
  4. Probable mot-valise d’après ses parents, le gamaret est cultivé surtout en Suisse. Officiellement commercialisé en 1990 sous la variété B13, il est le cépage le plus planté entre 1999 et 2010 : en 2004 : 260 hectares pour 413 hectares en 2013, soit un bond de plus de 59 %. Quelques chiffres pour la période 2013-2014 :
  • il occupe le quatrième rang des cépages rouges plantés en Suisse (ce qui est toujours le cas en 2017),
  • il est planté surtout en Suisse romande et plus particulièrement dans le bassin du lac Léman. Ainsi, en 2013. les cantons lémaniques de Genève et Vaud cumulent 60 % de la surface viticole suisse dédiée au gamaret,
  • le canton de Genève consacrait 14,9 % de son vignoble à ce cépage (canton du Jura : 15,9 % ; canton de Fribourg : 12,9 %),
  • le pays de Vaud était voué à ce cépage à raison de 141,2 hectares, Genève  120,2 hectares. Quant au Valais : 97,2 hectares.
  1. Depuis 1989, l’institut technique de la Sicarex-Beaujolais s’intéresse au gamaret. Dix plants ont été installés dans le cadre d’une collection de cépages. En 2001, une centaine de pieds ont été planté en collection Valeur Agronomique Technologique et Environnementale (V.A.T.E.). Sa plantation est autorisée dans le Beaujolais depuis 2008, mais il n’est pas autorisé à entrer dans la composition des vins d’A.O.C. Beaujolais. En 2013, les qualités de ce cépage ont été reconnues. En suite des travaux d’expérimentation menés conjointement entre  2014 et 2016 par  l’I.F.V. (Institut Français de la Vigne et du Vin) et Sicarex Beaujolais, dont rapport en 2017, les instances beaujolaises réfléchissent actuellement à la possibilité d’intégrer le gamaret dans l’A.O.C. comme cépage minoritaire (à hauteur de 10 %). Actuellement : quelques dix hectares sont plantés dans le Beaujolais.
  2. Alcool : 12°. Ajout de SO2 à la mise en bouteille : 20 mg/l. SO2 total : 16 mg/l. Mis en bouteille par EMB F-69159A pour la maison P-U-R F-71570.

Laisser un commentaire