Nice @rt Bistro (Nice).

Cuisine et vins natures.

Le nom vous paraît quelque peu alambiqué ?
D’une part, l’établissement est situé près du Théâtre National de Nice.
D’autre part, le nissart :
– est un dialecte provençal parlé dans l’ancien comté de Nice,
– désigne une personne qui habite Nice ou qui en est originaire,
– désigne ce qui est relatif, qui est propre à Nice ou à ses habitants.

 

L’endroit se définit comme un bistro moderne, mettant en valeur les saveurs des suds (l’Italie n’est pas bien loin) par le moyen d’une cuisine moderne à base de produits du marché.

Dans ce bar-restaurant on y sert déjeuner et dîner.

 

20191228_195116

 

Le cadre est discrètement élégant, mettant directement à l’aise.

L’examen des étiquettes des bouteilles vides alignées est de bon augure !

 

Va pour la formule du midi.

 

Le croc’ jambon et truffe enthousiasme.

 

DSCN6993

 

Le pigeon entier rôti, jus truffé et capoun farci au foie gras régale d’une viande tendre et bien cuite. Un plat copieux.

Capoun ? C’est une recette traditionnelle de chou farci de riz amélioré avec les restes (viande…).

 

DSCN6996

 

Et tant qu’à venir à Nice, autant boire local : clos Saint-Vincent ‘Le Clos’ A.O.C. Bellet rouge 2016 en agriculture biologique FR-BIO-01 – Ecocert et culture biodynamique (13,5°).

Les cépages ?  90 % de folle noire et 10 % de grenache.

Robe soutenue aux nuances violacées. Profond et structuré tant au nez qu’au palais. Un vin qu’on laissera un peu s’ouvrir. Déjà agréable, quelques années de cave l’amélioreront.

 

DSCN6988

 

La discussion s’est vite focalisée sur les vins de Bellet que les Niçois semblent bouder… (01)

La tradition viticole de cette région état telle que le hameau de Saint-Roman de Bellet a même été rebaptisé  » Bacchus » pendant la révolution française.

La notoriété et la réputation des vins de Bellet sont évoquées par Thomas Jefferson, ambassadeur de son pays auprès de la cour de France entre 1785 et 1789. Visitant Nice, il en apprécie les crus. Père de la constitution américaine et président des Etats-Unis d’Amérique de 1801 à 1809, il commande du vin de Bellet jusqu’en 1817.

 

Le comté de Nice quitte le royaume de Piémont-Sardaigne et est définitivement rattaché à la France en 1860.

 

En 1868, le docteur Jules Guyot considère que dans le vignoble de Bellet « la culture de la vigne est vraiment dans l’enfance… Si les vignes (…) étaient bien soignées, avec leur sol, leur situation et leur climat exceptionnels et des plus merveilleux, elles donneraient en abondance des vins délicieux (…) Aujourd’hui leur produit est à peu près nul, grâce à l’apathie des vignerons… La vigne n’était l’objet d’aucune préoccupation et d’aucun soin spécial ». Il pointe du doigt « (…) le défaut d’initiative et de tout encouragement à l’agriculture de la part du Gouvernement piémontais… » responsable d’un « (…) état arriéré de l’industrie rurale de l’ancien comté de Nice ». Fort heureusement : « (…) voici la sollicitude, l’énergie de la France, qui interviennent… Avant peu le comté de Nice verra l’aisance, la prospérité, la richesse de ses populations agricoles… » !!!

 

Quelques familles de vignerons manifestent au XX° siècle la volonté de replanter des cépages anciens et locaux comme le cépage blanc vermentino, dénommé localement rolle, destiné à la production de vins blancs, et comme notamment le cépage rouge folle noire (03) dénommé localement fuella nera (04) destiné à la production de vins rouges et rosés.

 

Les vins de Bellet sont reconnus en Appellation d’Origine Contrôlée dès 1941.

Le vignoble est situé dans le département des Alpes-Maritimes sur les pentes escarpées des collines dites localement « collets » qui surplombent la rive gauche du Var, à l’ouest de la ville de Nice. La zone géographique est ainsi délimitée sur une partie du territoire de cette commune contemplant, au sud, la baie des Anges, et au nord, le massif du Mercantour : Nice est la seule grande ville française à accueillir un vignoble en A.O.C. sur son territoire.

La vigne est cultivée sur de petites terrasses dénommées localement « planches » entre 200 et 400 mètres d’altitude.

 

Capture aire bellet

 

L’A.O.C. Bellet ou vin de Bellet est réservée aux vins tranquilles blancs, rouges et rosés.

Pour les vins rouges, parmi les cépages principaux figure la fuella nera.
Ce vieux cépage provençal demeure totalement inconnu des autres régions viticoles.
Sa production est confidentielle :

  • 1958 : 14 hectares,
  • 1979 : 10 hectares,
  • 2000 : 08 hectares,
  • 2008 : 16 hectares,
  • 2016 : 22 hectares.

Les vins rouges font obligatoirement l’objet d’un élevage au moins jusqu’au 15 février de la deuxième année qui suit celle de la récolte dont douze mois au moins en contenant de chêne à compter du premier décembre de l’année de récolte.

Quant aux vins blancs, le seul cépage principal est le vermentino.

La petite A.O.C. Bellet présente en 2009 une superficie de 55 hectares pour une production moyenne annuelle de 800 hectolitres. Les vins rouges représentent 41 % de la production et les vins rosés, 23 %. Le vin blanc représente 36 % de la production.

 

Dès lors que j’ai fais bonne chère, je réserve pour le lendemain.

 

En apéritif : un classique en l’occurrence Jo Landron  ‘Amphibolite’ A.O.C. Muscadet de Sèvre et Maine 2018 :

  • cépage : 100 % melon,
  • terroir : amphibolite (roche verte métamorphique issue du gabbro),
  • élevage : sur lies pendant 6 mois.

Frais. Sec. Incontournable.

 

En entrée : terrine de foie gras au pain d’épice, pomme, chutney de pomme. Efficace.

 

81278209_2118867874883164_3293497397790900224_o

 

Suivent des gnocchis maison au citron, Saint-Jacques rôties et artichauts du pays, le tout mis en valeur par une jolie acidité.

 

20191228_202106

 

Surprise !  Suite à la conversation de la veille, l’on m’a dégoté et préparé une bouteille du domaine de Vinceline ‘Constance et Clémentine’ A.O.C. Bellet blanc 2018 en agriculture biologique FR-BIO-10 – Qualité France (13,5°).
Le cépage ? 100 % rolle.
Agréable découverte à ne pas servir trop frais pour que ce vin à maturité s’exprime au mieux.

 

20191228_204555

 

A noter que la carte des vins, outre la France, propose des bouteilles d’Allemagne, Italie, Espagne ou encore Grèce.

 

Vous l’avez compris : je n’ai pas boudé mon plaisir !

 

Olivier Mercier.

 

Compte-rendu de visites des 27 et 28 décembre 2019.

 

Coordonnées :

Adresse : 16 bis, rue Delille à 06000 Nice.
Téléphone : +33 4 93 91 57 98
Site : https://nice-artbistro.fr/fr
Courriel : malavie06@live.fr
Page FaceBook : https://www.facebook.com/NiceArtBistro

 

Les prix :

Stella Artois : 4,50 euros.
Clos Saint-Vincent : 55,00 euros.
Croc’ : 11,00 euros.
Pigeon : 28,00 euros.
Amphibolite : 6,00 euros.
Domaine de Vinceline : 49,00 euros.
Terrine : 14,00 euros.
Gnocchis : 24,00 euros.

 

 

(01) Sur ce point, je vous conseille la lecture de l’article publié en 2019 « La très discrète place du vin de Bellet dans la promotion de la gastronomie niçoise » d’Aline Brochot.

(02) Guyot Jules, Etude des vignobles de France pour servir à l’enseignement mutuel de la viticulture et de la vinification françaises, Paris, Imprimerie Royale, t. I régions du sud-est et du sud-ouest, pp. 23 à 50.

(03) A ne pas confondre avec la folle noire, autre nom du jurançon noir cultivé dans le Lot-et-Garonne.

(04) Appelée aussi grassenc, fuola, beletto ou boletto nero di Nizza.

 

Laisser un commentaire