Vin & Pic cuvée « Sanguine » vin de France rouge 2017.

Si je vous dis gamay, vous me répondrez quasi tous : Beaujolais.

Avec en arrière-pensée le traditionnel gamay noir à jus blanc, cépage originaire de Bourgogne issu d’un croisement naturel entre pinot noir et gouais blanc.

 

Autrefois, certaines mutations naturelles du gamay noir à jus blanc aboutirent à des cépages teinturiers (gamays à jus rouges) qui – sélectionnés et reproduits – servaient à colorer les vins manquant de couleur (01), par un apport de l’ordre de 10 %.

Ont été ainsi découverts par ordre chronologique :

  • le gamay de Bouze : 1823,
  • le gamay de Chaudenay : 1832,
  • le gamay Fréaux : 1841.

Le gamay de Bouze (02) est une mutation observée par Caumartin en 1823, vraisemblablement à Bouze, petit village des environs de Beaune (Côte d’Or).

Il est le plus ancien des gamays teinturiers, père des autres gamays teinturiers (Fréaux, Chaudenay).

 

gamay de bouze

 

Surface plantée en France :

  • 1958 : 77 hectares.
  • 1968 : 54 hectares.
  • 1998 : 385 hectares.
  • 2008 : 310 hectares.
  • 2016 : 132 hectares.

Le gamay de Chaudenay est une mutation observée par J.-M. Bidault, vigneron à Chaudenay (Saône-et-Loire) en 1832 sur une souche de gamay de Bouze (03).

 

Gamay_de_Chaudenay_N__grappe_

 

Surface plantée en France :

  • 1958 : 119 hectares.
  • 1968 : 92 hectares.
  • 1998 : 375 hectares.
  • 2008 : 247
  • 2016 : 103 hectares.

Le gamay Fréaux.est une mutation observée par le vigneron Antoine Fréaux en 1841 à Couchey (Côte-d’Or) sur une souche de gamay de Bouze.

 

5a5f3710a135e

 

Surface plantée en France :

  • 1958 : 1.701 hectares.
  • 1968 : 1.285 hectares.
  • 1988 : 1 469 hectares.
  • 2000 : 128
  • 2016 : 60 hectares.

 

En 1937, le décret créateur de l’Appellation Contrôlée Beaujolais (04) quant aux vins rouges et rosés (05) mentionne parmi les cépages principaux, le gamay (06) et, au titre de cépage(s) accessoire(s), le gamay à jus coloré dans une proportion au plus égale à 10 % de l’encépagement total.

En 1952, le gamay à jus coloré est retiré de la liste des cépages autorisés.

Depuis 2009, le seul cépage principal est le gamay noir à jus blanc avec, parmi les cépages accessoires, le gamay de Bouze et le gamay de Chaudenay (07).

Ceux ci interviennent, ensemble ou séparément, dans une proportion inférieure ou égale à 10 % dans l’encépagement et dans l’assemblage.

 

Quittons le Beaujolais.

 

Vin & Pic se situe dans le Massif Central, et plus précisément dans le département de la Loire, à 30 kilomètres de Saint-Etienne, sur les contreforts des monts du Forez, au sud de l’A.O.C. Côtes du Forez. Ce qui caractérise Vin & Pic, c’est le recours à des cépages atypiques ou en voie de disparition, ainsi qu’à des vinifications atypiques.

Ce domaine a déjà ici été évoqué pour son vin de France ‘Seibel Rouge’ 2017 dans un article de ce blog. Pour plus d’informations, j’y renvoie.

 

Quelles sont les caractéristiques de la cuvée ‘Sanguine’ ?

  • Les trois gamays teinturiers entrent dans sa composition.
  • Il s’agit de vieilles vignes.
  • La parcelle peu productive.
  • Les vendanges sont manuelles.
  • L’éraflage est réalisé à 70 %.
  • Seules interviennent des levures naturelles (pas de levurage).
  • La fermentation est conduite à 24°.
  • L’élevage en fût de chêne de quatre vins dure huit mois.

 

DSCN7132

 

 

 

Que nous livre le 2017 (08) ?

Je m’attendais à une robe plus soutenue.
Le nez sort des sentiers battus et tarde à se livrer : bois brûlé, chocolat blanc, notes lactées, voire… lard colonnata !
Le palais se révèle par une fine acidité et se termine de gourmande manière.

 

Un vin de soif à découvrir (ou déguster) à petites lampées.

 

Olivier Mercier.

 

N.B. : le vin a été acheté auprès des Fruits de la Passion à Thorembais-les-Béguines.

Coordonnées :

Vin & Pic
G.A.E.C. du Pic
Cave Mondon-Demeure-Rolle
Adresse : 20, rue de Bellevue à 42560 Boisset-Saint-Priest.
Téléphone : +33 4 77 24 98 89
Site : https://www.vin-et-pic.com/
Courriel : vin_et _pic@orange.fr
Page FaceBook : https://www.facebook.com/Vin-Pic-622684947766047/

 

(01) Ils servaient de remède au gamay à jus blanc quand les rendements trop forts le privaient de coloration (par usage d’engrais, le rendement pouvait attendre 100 hectolitres/hectare voire plus). Les gamays teinturiers donnaient à ces vins, très pâles et maigres, de la couleur mais aussi de la matière.

(02) Cépage traditionnellement cultivé en Touraine pendant le XIX° siècle, jusque 1960/1970.

(03) Bidault avait importé des gamays teinturiers de Puligny-Montrachet. A noter sa prodigieuse fertilité : 300 hectolitres/hectare !

(04) Je n’évoquerai ici par simplicité que la seule Appellation d’Origine Contrôlée générique Beaujolais. Ni A.O.C. primeur ou nouveau, ni supérieur, ni villages, ni communale.

(05) Je n’évoquerai pas ici par simplicité les Beaujolais blancs.

(06) Outre le pinot noir et le pinot gris.

(07) Outre l’aligoté, le chardonnay, le melon, le pinot gris et le pinot noir.

(08) 12,5°.

 

 

Laisser un commentaire